La bourse de formation clinique dans le domaine des troubles du mouvement de 2018

« Nous sommes très heureux d’être l’hôte de la première bourse de formation clinique dans le domaine des troubles du mouvement qu’appuient la FRMD Canada et Allergan Canada. Le comité n’aurait pu choisir un meilleur candidat que le Dr Lizarraga, un futur spécialiste des troubles du mouvement brillant, enthousiaste, curieux et dévoué qui mettra sans aucun doute à profit cette bourse de formation et sera une source de grande fierté pour tous ceux qui œuvrent dans le domaine de la dystonie au Canada. »

La FRMD Canada est heureuse de décerner la bourse de formation clinique dans le domaine des troubles du mouvement de 2018 au Dr Karlo J. Lizarraga, de l’Hôpital Toronto Western

La Fondation de Recherche Médicale sur la Dystonie (FRMD) Canada, en partenariat avec Allergan Canada, est heureuse d’annoncer le choix du candidat de la toute première bourse de formation clinique dans le domaine des troubles du mouvement, avec spécialisation en dystonie. Il s’agit du Dr Karlo J. Lizarraga, M.D., M.S., du Movement Disorders Centre, Université de Toronto à l’hôpital Toronto Western. Cette bourse d’un an vise à soutenir la formation de candidats aux compétences exceptionnelles pour les préparer à leur carrière clinique dans le domaine des troubles du mouvement, avec un accent sur la dystonie et une compétence particulière dans l’utilisation des toxines botuliques.

La FRMD Canada est heureuse de remettre sa toute première bourse de formation à une personne possédant la passion et l’expertise du Dr Lizarraga. À ces qualités s’ajoute le fait qu’il étudiera sous la direction du Dr Tony Lang, directeur du Edmond J. Safra Program in Parkinson’s Disease, directeur de la Morton and Gloria Shulman Movement Disorders Clinic et titulaire de la Lily Safra Chair in Movement Disorders à l’Hôpital Toronto Western, Réseau universitaire de santé, facilitant ainsi la décision du comité d’examen de la bourse de formation clinique.

Lorsque la FRMD Canada a conclu ce partenariat avec Allergan Canada pour lancer cette importante initiative, son espoir était de trouver un candidat approprié. Toutefois, le dévouement du Dr Lizarraga envers la collectivité du domaine des troubles du mouvement, allié à la qualité de l’équipe de mentorat qui l’appuie à l’hôpital Toronto Western et qui surveillera cette formation clinique, a indubitablement dépassé toutes nos attentes. La FRMD Canada a rencontré le Dr Lizarraga pour mieux connaître sa carrière, son intérêt pour la dystonie et ce qu’il espère accomplir dans le domaine.

1) La FRMD Canada — Qu’est-ce qui a suscité votre intérêt pour la dystonie? Est-ce un sujet qui exerce sur vous un attrait depuis toujours ou le hasard vous y a-t-il mené?

Au cours de mes études en médecine, la curiosité intellectuelle s’est transformée en responsabilité scientifique et à un certain moment, il me fallait prendre une décision concernant la spécialité des neurosciences à laquelle je devais me consacrer. J’hésitais entre la neurologie, la psychiatrie, la neurochirurgie et c’est à ce moment-là que les troubles du mouvement se sont manifestés. Alors que je travaillais avec le Dr Antonio DeSalles au département de neurochirurgie fonctionnelle à la UCLA, nous avons rencontré une jeune adolescente atteinte d’une dystonie généralisée grave pour qui les médicaments ne pouvaient rien. La seule chose à laquelle je pouvais penser était la suivante : « Il nous faut découvrir pourquoi cela ce produit. » Elle a éventuellement été traitée au moyen de la stimulation cérébrale profonde et la réponse a été extraordinaire. Elle était pratiquement guérie. C’en était fait de moi. Plus aucune hésitation.

2) Qu’est-ce qui vous a incité à présenter votre demande pour la bourse de formation clinique de la FRMD Canada?

Au début de mes études postdoctorales à l’Université de Toronto, j’ai mentionné aux Drs Anthony Lang et Susan Fox mon intérêt pour étudier la dystonie. Ils m'ont tous deux dirigé vers la FRMD Canada comme véhicule de financement potentiel. J’ai été très heureux de constater que la FRMD Canada finance la toute première bourse de formation clinique au Canada. La mission de la FRMD visant à financer la recherche sur la dystonie correspondait à mes intérêts scientifiques, mais l’aspect qui m’importait le plus était le sens de la responsabilité sociale qu’entretient la FRMD envers la collectivité et les personnes atteintes de dystonie.

3) Qu’espérez-vous accomplir au cours de la prochaine année sous le mentorat du Dr Lang?

Cette formation sous le mentorat du Dr Anthony Lang me permettra d’étudier le diagnostic et le traitement de douzaines de personnes atteintes de dystonie. J’aurai également l’occasion de réaliser des études électrophysiologiques sous la direction du Dr Robert Chen. En outre, je serai un chercheur secondaire dans le cadre du projet de la coalition sur la dystonie sous la supervision de la Dre Susan Fox. À la fin de ce programme, j’espère devenir expert dans l’art d’administrer les injections de toxine botulique et la programmation de la stimulation cérébrale profonde pour mieux servir les personnes atteintes de dystonie.

4) Qu’est-ce qui vous apporte le plus de satisfaction dans votre travail, en tant que clinicien qui traite des personnes atteintes de dystonies?

La meilleure récompense pour un clinicien est d’être en mesure de traiter les patients avec succès et, encore mieux, de les guérir. La grande difficulté que suscite la dystonie est que nous ne comprenons pas encore exactement la raison pour laquelle elle apparaît ni comment. Il est formidable de traiter des personnes atteintes qui répondent à la toxine botulique ou à la stimulation cérébrale profonde, mais nous reconnaissons tous qu’il existe un immense et important besoin de recherche dans le domaine de la dystonie.

5) Faites-nous part d’un fait surprenant à votre sujet?

J’ai fondé une « petite école » dans ma ville natale avant de quitter le Pérou. « La Escuelita AQMED » allie la technologie et les méthodes tirées de la neuroscience pour offrir une formation médicale complémentaire et fournir des occasions à de jeunes médecins talentueux. Au cours des huit dernières années, nous avons connu d’excellents résultats et j’espère continuer à diriger ces activités pour encore de nombreuses années.

6) Quelle autre chose devrions-nous connaître à votre sujet?

J’ai vraiment beaucoup de chance d’avoir une épouse et une famille exceptionnelles qui appuient mes activités universitaires. Nous attendons notre premier enfant avec grand bonheur.