La DMRF Canada : subventions de financement qui appuient de meilleurs traitements cliniques pour les personnes atteintes de dystonie

La FRMD Canada a lancé des appels de candidatures portant sur un sujet très précis : des projets de recherche qui viseraient à offrir de meilleurs traitements cliniques aux personnes atteintes de dystonie. La FRMD Canada a reçu plusieurs candidatures intéressantes et elle est heureuse d’annoncer son appui à non pas un, mais à deux subventions de recherche d’une valeur de 50 000 $ chacune, représentant un investissement total de 100 000 $.

Les projets de recherche font tous deux l’objet d’une subvention de recherche d’un an et commenceront tous les deux ce mois-ci. « La FRMD Canada est ravie d’être en mesure d’appuyer ces importants projets de recherche qui s’arriment solidement à notre objectif d’améliorer la vie des personnes atteintes de dystonie à court terme, tout en poursuivant notre mission de trouver un remède pour ce trouble du mouvement. Nous sommes extrêmement fiers de pouvoir soutenir ce type de recherche ici même au Canada », a déclaré la directrice générale de la FRMD Canada, Stefanie Ince.

Premier projet : « Mechanisms of Action of DBS for Dystonia: Cholinergic Contributions to Plasticity » [mécanisme d’action de la SCP pour la dystonie : contributions des neurones cholinergiques à la plasticité], Drs Zelma Kiss et Davide Martino, Department of Clinical Neurosciences, Hotchkiss Brain Institute, Université de Calgary.

Ce projet vise à comprendre la façon dont la stimulation cérébrale profonde (SCP) fonctionne à l’égard de la dystonie afin d’ouvrir la voie à l’amélioration de la stimulation au moyen du contrôle de la régulation future ou en combinaison avec d’autres thérapies en vue d’améliorer la qualité de vie des patients.

La Dr Kiss et son équipe de recherche soutiennent que les sujets qui ont des schémas spécifiques d’oscillation dans leurs noyaux gris centraux, une preuve de plasticité corticale motrice et d’un tonus cholinergique plus élevé, connaîtront une plus grande amélioration de leurs symptômes dystoniques que les personnes qui possèdent un moins grand nombre de ces caractéristiques. Il s’agit d’un projet pilote qui explore la possibilité de biomarqueurs physiologiques de réponse. La détermination des schémas d’oscillation qui se produisent pendant les mouvements dystoniques pourrait fournir le signal pour le contrôle de régulation de la SCP, d’une manière semblable à ce qui a été accompli dans le cas de la maladie de Parkinson.

La Dr Kiss s’est dite « très reconnaissante envers la FRMD Canada et est impatiente de collaborer avec le Dr Martino dans le cadre de la dystonie pour en arriver à une compréhension du mécanisme de la SCP. Nous prévoyons que les connaissances du fonctionnement de la SCP pourraient être appliquées pour interagir avec d’autres traitements comme les approches physiques ou pharmacologiques, en plus de permettre de mieux comprendre la physiopathologie de la dystonie. »

Deuxième projet : « Mapping brain response patterns to Deep Brain Stimulation with fMRI » [cartographie des schémas cérébraux de réponse à la stimulation cérébrale profonde avec la IRMf], Drs Alfonzo Fasano et Andres Lozano, Toronto Western Hospital.

Le groupe des troubles du mouvement du Toronto Western Hospital met au point une nouvelle technologie de programmation basée sur l’IRM pour les personnes atteintes de dystonie qui ont subi une stimulation cérébrale profonde (SCP). Cette technologie pourrait améliorer de manière significative les résultats cliniques et alléger le lourd processus de programmation postopératoire. La SCP module les circuits cérébraux mal régulés. Couramment employé pour les troubles du mouvement comme la maladie de Parkinson et la dystonie, ce traitement chirurgical peut produire des avantages cliniques remarquables lorsque la stimulation est programmée de manière appropriée. Toutefois, la programmation de la SCP exige souvent de nombreuses visites cliniques pour tester le grand nombre de paramètres de stimulation possibles. L’absence de rétroinformation clinique immédiate en réponse à la stimulation chez les personnes atteintes de dystonie rend la programmation de la SCP particulièrement difficile.

Par conséquent, la SCP a besoin de marqueurs physiologiques pour  prédire rapidement et avec exactitude la réponse clinique afin de rationaliser les soins postopératoires pour les personnes atteintes de dystonie qui subissent une SCP. Il s’agit d’un projet de recherche en deux étapes : (1) identifier un schéma d’imagerie à résonance magnétique fonctionnelle (IRMf) reproductible de la réponse du cerveau lorsque les paramètres optimaux de SCP sont utilisés et ensuite utiliser ces schémas de réponse cérébrale pour prédire les paramètres optimaux de SCP au moyen d’un algorithme d’apprentissage machine (AM); (2) démontrer l’utilité clinique de ce modèle chez les patients éventuels.

« Le groupe des troubles du mouvement du Toronto Western Hospital est très reconnaissant envers la Fondation de Recherche Médicale sur la Dystonie (FRMD) Canada pour son appui à notre projet Mapping brain response patterns to Deep Brain Stimulation with fMRFI [cartographie des schémas cérébraux de réponse à la stimulation cérébrale profonde avec la IRMf] », a déclaré le Dr Fasano. « Nous sommes impatients de commencer cet important projet de recherche et nous espérons qu’il nous mènera à une meilleure compréhension des résultats cliniques liés à la stimulation cérébrale profonde pour les personnes atteintes de dystonie dans l’avenir. »

L’équipe de recherche utilisera l’IRMf pour identifier les schémas d’activité cérébrale en corrélation avec les avantages cliniques chez 25 personnes atteintes de dystonie au moyen d’une programmation de SCP optimisée cliniquement a priori, servant de substitut objectif d’efficacité de la SCP. Ceci est fondé sur des résultats prometteurs obtenus chez des patients atteints de la maladie de Parkinson ayant subi la SCP et chez lesquels nous pouvions prédire au moyen de l’IRMf l’endroit le long de l’électrode (c’est-à-dire le contact) qui devait être utilisé pour des avantages cliniques optimaux. La faisabilité de cette expérience est propre au Toronto Western Hospital, compte tenu de ses données de sécurité fantômes publiées. Cette programmation basée sur l’IRM nécessite moins d’une heure par patient.

Dans un deuxième temps, l’équipe effectuera une comparaison à l’aveugle prospective de cette nouvelle technologie de programmation et de nos algorithmes de programmation publiés auparavant chez dix personnes atteintes de dystonie n’ayant jamais fait l’objet d’une stimulation. Nous comparerons l’amélioration réalisée à l’égard de la dystonie et notre méthode habituelle de programmation, de même que nous prendrons en compte le nombre de visites et le temps nécessaire pour une programmation optimale. Ce projet commencera en octobre 2019.

« La FRMD Canada est très heureuse d’être en mesure d’appuyer cette recherche et d’appuyer le Dr Fasano et son équipe au Toronto Western Hospital. Nous sommes très enthousiastes à l’égard des possibilités que comportent les résultats de ce projet de recherche et nous les attendons avec impatience », a déclaré la directrice générale, Stefanie Ince.

Demeurez à l’affût pour des mises à jour concernant ses projets de recherche et d’autres nouvelles à venir en 2020. Veuillez consulter le site www.dystoniacanada.org/fr/dernières-nouvelles-de-la-recherche-1

 Zelma Kiss.jpg