La dystonie de l’embouchure

L’expression « dystonie de l’embouchure » décrit le type de dystonie qui touche les joueurs de cuivres et d’instruments à vent. Le mot « embouchure » désigne l’ajustement de la bouche pour s’adapter à l’embout d’un instrument à vent. Du point de vue anatomique, cette forme de dystonie touche les muscles de la bouche, du visage, de la mâchoire et de la langue.

Les symptômes

Les mouvements anormaux qui caractérisent la dystonie de l’embouchure sont souvent très subtils et se manifestent uniquement lorsque le musicien joue de son instrument, bourdonne dans l’embout ou forme l’embouchure. La plupart des joueurs de cuivres et d’instruments à vent pincent les lèvres tout en souriant pour jouer. Ce mouvement fait appel à au moins 12 muscles pour placer la bouche ainsi, sans compter la structure tout aussi compliquée de la langue et de la mâchoire. Il est difficile de localiser les muscles les plus importants qui sont nécessaires pour former la bouche pour jouer d’un instrument de la famille des cuivres ou des vents.

Parmi les symptômes de la dystonie de l’embouchure, mentionnons les suivants :
• des fuites d’air aux coins de la bouche; les symptômes empirent parfois dans les registres plus élevés et sont accompagnés de tremblements apparents;
• des contractions anormales involontaires des muscles du visage, comme le plissement involontaire des lèvres, le relèvement excessif des coins de la bouche, la fermeture involontaire de la bouche.

Pour certains musiciens, les difficultés se limitent à certaines notes soutenues dans des registres particuliers ou à certains passages à des vitesses données. En règle générale, cette dystonie est indolore, mais suscite un stress psychologique intense.

La cause

Il n’existe pas de cause isolée de la dystonie de l’embouchure et son origine neurologique est mal comprise. Au fur et à mesure qu’un enfant se développe, il apprend plusieurs mouvements différents, comme marcher, écrire ou jouer d’un instrument, mouvements qui sont emmagasinés dans le cerveau comme programmes moteurs. Les cas de dystonie de l’embouchure qui sont des dystonies très liées à une fonction ont été décrits comme un « virus informatique » ou une « panne de disque dur » dans les programmes moteurs sensoriels qui sont essentiels pour jouer de la musique. Toutefois, d’autres facteurs, comme une prédisposition génétique, jouent vraisemblablement un rôle important dans le développement d’une telle dysfonction sensorimotrice. Une question importante que les chercheurs se posent toujours est celle de savoir pourquoi un nouveau schéma amélioré de mouvements sensoriels ne pourrait pas facilement neutraliser ce « virus informatique ».

Traitement

À l’instar de toutes les dystonies, le traitement de la dystonie de l’embouchure consiste exclusivement à traiter les symptômes. Les traitements suivants peuvent être entrepris, mais de façon générale ils offrent peu de soulagement pour la dystonie de l’embouchure :
• les médicaments oraux, notamment Artane® (trihexyphénidyle), Klonopin® (clonazépam), et Lioresal® (baclofène)
• les injections de toxine botulique, mais l’anatomie de la région doit être examinée avec soin pour éviter une faiblesse orale inacceptable.